Fleurs d'été des hauteurs vosgiennes

Publié le

étiquettes
Alsace flore Vosges été

Après un premier épisode consacré à une sélection de fleurs de printemps, je vous propose aujourd'hui de regarder de plus près quelques fleurs qui illuminent les hauteurs du massif des Vosges en début d'été.

L'arnica des montagnes

Voilà une plante des plus emblématiques du massif des Vosges, véritable soleil qui irradie d'un jaune intense sur les prairies. On la rencontre très facilement sur les prairies d'altitude baignées de lumière. Elle est récoltée tous les ans pour la confection d'huiles de massage, de préparations homéopathiques et pharmaceutiques. Elle est très connue pour soigner les traumatismes sans plaie, bleus et bosses.

Cette plante est protégée. Sa cueillette est réservée aux professionnels qui doivent obtenir une licence annuelle.

La gentiane jaune

Très présente sur les prairies, la gentiane jaune est la seule représentante de sa famille à pousser dans le massif des Vosges. Également appelée grande gentiane, elle est la plus robuste des gentianes. Il faut compter environ 10 ans avant qu'elle ne fasse sa première hampe florale.

Son rhizome épais lui permet de stocker l'énergie qui servira à la nouvelle pousse de l'année suivante. Il contient des substances très amères qui dissuade les rongeurs de s'y attaquer. Il est utilisé confectionner de fameuses eaux de vie et des liqueurs aux vertus apéritives. Pour autant la plante est protégée et l'extraction des racines de plants sauvages est interdite.

A la fin de la floraison, la hampe se desséche complètement, mais la tige est assez solide pour rester encore debout. Sous les secousses du vent, les graines sont alors propulsées à l'entour. Il arrive que certaines tiges soient encore dressées au printemps suivant.

Le laiteron des Alpes

On peut rencontrer cette plante sur les versants frais et dans les sous-bois humides. Sa taille peut atteindre 150 centimètres. Ses fleurs sont violettes tirant parfois légèrement sur le bleu. Son nom fait allusion au latex blanc contenu dans la plante. Il suffit de casser une feuille pour l'observer un peu comme pour les pissenlits.

Crédit photo : feuille de laiteron par Nova, via Wikimedia commons, licence CC-SA.

Le genêt à tige ailée

Plus simplement appelé genêt ailé, il ne manque pas d'attirer le regard de part ses fleurs d'un jaune très vif. Cette plante basse pousse en touffes denses sur les prairies très ensoleillées.

En observant les rameaux de près, on se rend compte qu'ils portent de petites extensions en forme d'ailettes. Celles-ci viennent en complément des feuilles petites et peu abondantes, permettant à la plante de faire sa photosynthèse, tout en réduisant les surfaces exposées directement au rayonnement soleil. Avec cette adaptation, ce genêt limite sa transpiration et résiste ainsi mieux à la sécheresse de l'été.

A voir également